• les passerelles
    • Facebook
  • les passerelles
    • Les Pas-
      serelles
  • plan de la ville
    • Plan de
      la ville
  • Appels d'offre
    • Appels
      d'offre
  • recrutement
    • Recru-
      tement
  • kiosque
    • Maga-
      zines
  • Ma ville en ligne
    • Flickr
  • Ma ville en ligne
    • Pontault
      en ligne
  • Restauration
    • Restau-
      ration
  • Sondages
    • Sondage
  • ecrire
    • Écrire
      au maire
  • Etat civil
    • Etat civil

Actualité
  • Services
  • Merci les fées du logis !
  • Les femmes de ménage sont souvent des femmes de l’ombre. Et pourtant elles représentent, à Pontault-Combault, 10% des agents municipaux. Zoom sur métier parfois méconnu…

  • L’horloge indique tout juste 6 heures du matin, la ville est encore endormie. Josiane enfile sa blouse, met ses gants et sort le balai, le seau et ses produits d’entretien à l’intérieur de la salle « Madame Sans-Gêne ». « Se lever de bonne heure fait partie du métier. Comme on dit, la vie appartient à ceux qui se lèvent tôt ! », s’amuse-t-elle. Josiane est l’une des 90 femmes de ménage employées par la mairie qui ont en charge les 75 bâtiments municipaux. Des crèches aux écoles maternelles et primaires, en passant par les équipements sportifs et les bâtiments administratifs et associatifs, elles sont de véritables fées du logis. Parmi elles, deux personnes travaillent à la laverie, située au sous-sol du Foyer de Résidence des Personnes Agées, où elles repassent et lavent des draps, linges de crèches, couvertures, tapis…

    Un métier de l’ombre

    « Malgré la pénibilité du travail et une amplitude horaire contraignante (NDLR, 6h-9h30 et 16h-20h), la plupart des agents ont une conscience professionnelle. Ils s’approprient les espaces et du coup lavent comme si c’était chez eux », assure Hamdi Issa, directeur de la Régie patrimoine bâti. « Elles font un métier de l’ombre épuisant. Les utilisateurs des bâtiments, quand ils entrent dans leur bureau, ne se rendent pas forcément compte du travail qu’elles ont pu effectuer », ajoute Nelly Quartier, responsable de l’hygiène des locaux et de la logistique. « Elles » ou plutôt « ils » car la profession n’est pas exclusivement féminine. Deux hommes, dont Alexandre, tout juste 20 ans, font en effet partie de l’effectif municipal.

    Professionnelles avant tout

    Et même pendant les vacances scolaires, notamment dans les groupes scolaires, les femmes de ménage n’ont pas le temps de s’ennuyer. Elles assurent une tâche importante avec le nettoyage en profondeur des classes. « Cet hiver, les filles ont mis les bouchées doubles à cause de la neige qui a laissé beaucoup des traces », raconte Jacqueline Cedzik, agent de secteur.

    La propreté n’est jamais le fruit du hasard. Elle résulte de la mise en place de plans de nettoyage bien étudiés et par des intervenants qualifiés qui maîtrisent un grand nombre de techniques professionnelles de nettoyage, de remise en état et de rénovation de matériaux divers, de surfaces : sols, murs, vitres… « A la fin de cette année, nous allons mettre en place des formations par groupe de dix sur l’hygiène des locaux et l’utilisation du matériel et des produits », précise Hamdi Issa, visiblement fier de l’implication et motivation de ses équipes.

    Il est maintenant 9h30. Josiane vient de finir sa matinée. « Je reviens ce soir entre 17 heures et 20 heures pour m’occuper du service communication. Ma deuxième partie de journée pourra alors commencer. La vie appartient aussi à ceux qui se couchent tard ! », conclut-elle, toujours le sourire aux lèvres.