• les passerelles
    • Les Pas-
      serelles
  • plan de la ville
    • Plan de
      la ville
  • Appels d'offre
    • Appels
      d'offre
  • recrutement
    • Recru-
      tement
  • kiosque
    • Maga-
      zines
  • Ma ville en ligne
    • Pontault
      en ligne
  • Restauration
    • Restau-
      ration
  • Sondages
    • Sondage
  • ecrire
    • Écrire
      au maire
  • Etat civil
    • Etat civil

Actualité
  • L’auto-entreprise
  • Mode d’"emploi"
  • Depuis son lancement début 2009, le statut d’auto-entrepreneur a déjà séduit de très nombreux Pontellois-Combalusiens. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

  • « Les démarches liées à la création d’une entreprise relèvent parfois du parcours du combattant. Nous recevons souvent des personnes qui se laissent décourager par les formalités administratives et la paperasserie », regrette Bérénice Rochet, responsable du service emploi-activité économique. Depuis janvier 2009, le statut d’auto-entrepreneur apporte une réponse à ces obstacles. Le dispositif s’adresse a toute personne qui souhaite créer une entreprise individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale, à titre principal ou complémentaire, et dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 32 100 euros par an pour les activités de services, et 80 300 euros pour les activités de ventes. Dispense d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour les commerçants, ou au répertoire des métiers (RM) pour les artisans, d’une exonération de TVA, régime micro-social simplifié… L’auto-entrepreneur bénéficie de formalités plus souples et de charges allégées.

    Simple et rapide

    Des avantages de nature à titiller la fibre entrepreneuriale des plus timorés ! « Entre 2008 et 2009, le nombre de créations d’entreprises sur la ville est passé de 144 à 271. L’auto-entreprise représente 24,7 % des créations en 2009 », souligne Bérénice Rochet. Le dispositif s’adresse aussi bien aux retraités qui veulent bénéficier d’un supplément de revenu, aux jeunes qui ont besoin d’un peu d’argent pour financer leurs études ou encore aux chômeurs, pour qui c’est une chance de rebondir. Mais pour se lancer encore faut il identifier "la" bonne idée, celle qui répond à leurs aspirations et promet d’être rentable. Yasine Gavel, vient de présenter au chargé de développement économique de la Brie Francilienne un projet innovant : « Si mon projet aboutit, je vais proposer en service de nettoyage avec des produits biodégradables ». Télétravail, vente sur internet, services à la personne… les possibilités sont innombrables. À vous de trouver celle qui vous correspond !